ACCUEIL » Art & Culture »Evénement » LECTURE EN COURS:

Guerraba à Figuig

juillet 1, 2011 Art & Culture, Evénement 3 Commentaires

Guerraba : deux jours pour se rafraîchir du 6 au 7 juillet. A l’intérieur des ksour de Figuig sous l’ombre mais parfois traqués par des rayons du soleil ardent de l’été qui poursuivent même à l’intérieur des rues plafonnées, une douche bien fraîche et des parfums de terre mouillée vous attendent. Nerveux ? Si vous l’êtes, restez chez vous pendant ces deux jours car les enfants préfèrent bien taquiner des nerveux parmi les passants surtout pendant ces jours.

Guerraba par Pali. Juin 2011

Origine de Guerraba

Nous ignorons tout quant à l’origine de cette pratique, néanmoins nous pouvons remarquer qu’elle est connue dans plusieurs régions au Maroc, en Algérie et même ailleurs. Elle serait probablement inhérente aux pays chauds ! Hypothèse à vérifier ! A Figuig, elle a des couleurs locales qui la différencient des autres régions.

La tradition orale, à Figuig, dit que pendant ce jour, on commémore la mort d’une certaine Sarah (une femme juive) en jouant avec de l’eau pour nettoyer aghrem ‘la ville’ de l’odeur de sa dépouille mortelle.

Coupeurs de route ? Non, mais on ne passe pas sans être mouillé tout simplement !

Date de célébration

Il y’a deux Guerraba : Guerraba Tameqqrant et Guerraba Tamezzyant (Grande Guerraba et Petite Guerraba). La petite est fêtée le six juillet de chaque année, la grande le sept du même mois. On pense dans la région que c’est le moment le plus chaud de l’année qu’on appelle localement « Laεnasser ».

Pratique, hier et aujourd’hui

Tout le monde, exceptés les malades et les vieillards, s’amuse à lancer de l’eau aux passants depuis le matin quand le soleil commence à chauffer jusqu’à l’après-midi vers seize heures environ.

Avant, à la fin du « jeu », une grande fête musicale dite « Ourar » imprégnée de prière de l’eau et de demande de clémence divine s’organisait par les habitants d’un quartier à l’intérieur d’un grand ksar ou par l’ensemble des ksouriens quand il s’agit de petit ksar. Cette fête « ourar » ne s’organise ces dernières années que dans de rares exceptions.

Les femmes, elles, ne travaillent pas pendant ce jour car, dit-on, il y’a un moment de cette journée ou toute sueur « tidi » qui sort de la peau d’une femme se répercute sur celle-ci par un mal, une maladie ou un malheur. Ce moment, précise-t-on, est inconnu ; de ce fait et pour éviter tout malheur, il faut que les femmes se reposent durant toute la journée.

Le jeu ou le jet d’eau est mixte et aucune barrière ne sépare les femmes des hommes pendant ces journées. Il faut noter que ces deux jours viennent après la fin de presque tous les grands travaux du jardin (le blé est fauché et battu, les dattes pas encore mures…). Quelques jours après cette fête, commençait / commence la saison des mariages.

Après la cérémonie de l’eau et dans certains cas très rares, certaines femmes forment sept (chiffre sacré !) petits blocs de foins alignés. Toutes déshabillées, elles sautent entre ces touffes en répétant des chants très difficiles à déchiffrer. Le foin avec les graines de blé qu’il contient seraient un élément fécondant et la femme un élément fécondé. Ce serait donc une prière ou un rite relatif à la fécondation. Les symboles de ces pratiques nous sont inconnus d’autant plus que les femmes qui les pratiquent sont très discrètes et n’osent les pratiquer qu’à l’insu des autres.

Guerraba, contrairement aux autres fêtes liées aux changements climatiques, a une fonction sociale. En effet elle accorde aux jeunes une occasion de se voir en vue de choisir l’homme ou la femme de leur vie en toute liberté loin des carcans d’une société qui sépare les sexes, en même temps, elle est l’occasion de pratiquer certains rites relatifs à l’eau et à la fécondation de la nature et de l’homme.

Au niveau de la famille, on prépare un berkoukès aux plantes médicinales pour le déjeuner.


Bien appréciée par les enfants, guerraba peut être aussi pratiquée par les plus grands.

On commence par son ami pour ensuite chercher des passants nerveux.

Personne n’est à l’abri des jets d’eau. Les nerveux doivent rester chez eux pendant ce jour !

Toute personne a droit à une douche gratuite.

Nouvelles photos (Guerraba 2011)

 

Ph. Hassane . 2011

Ph. Hassane . 2011

Ph. Hassane . 2011

Ph. Hassane . 2011

Ph. Hassane . 2011

Pour y participer, il faut aller à Figuig les 6 et 7 juillet.

Bonne douche !

Hassane Benamara

figuignews.com juillet 2011

Actuellement il y a "3 commentaires" sur cet article:

  1. fg agent dit :

    ya salam gerraba dommage tkhda iyi

  2. Fadwa dit :

    C’est dommage ! j’y étais pas =/

  3. Youssef dit :

    Je suis de tinghir je félicite kes figuguiens de garder ces traditions ancestrales . Je serai à figuig l’an prochain afin de voir du près cette joie inédite .

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

COMMENTER CET ARTICLE:





Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.