ACCUEIL » Portrait » LECTURE EN COURS:

Entretien avec l’artiste Fafa Ray

août 9, 2015 Portrait 3 Commentaires

Fafa Ray

Fafa Ray est un chanteur très connu notamment chez la jeune génération. Il était de passage à Figuig et nous avons saisi cette opportunité pour lui proposer cette interview qu’il a bien acceptée.

Album Fafa Ray

F-News : Bonjour Fafa et merci d’avoir accepté de vous entretenir avec nous.

Fafa-R : Merci à vous aussi ça fait un grand plaisir d’être avec vous !

F-News : Avec vous, nous allons revenir sur votre enfance, vos débuts avec la chanson et votre œuvre. Tout d’abord, revenons sur votre nom d’artiste Fafa Ray. Fafa c’est un joli nom pour les amis et les intimes et Ray, d’où avez-vous attrapé ce nom ?

Fafa-R : Ray c’est le nom d’un grand artiste que j’adorais fort bien. Il est nommé Ray Charles. J’aimais sa musique et sa façon de chanter. Voilà ! Fafa c’est le diminutif de Moustafa chez nous à Figuig. Alors les deux donnent Fafa Ray.

Les beaux jours de la petite enfance

F-News : Revenons à votre petite enfance ! Vous avez entamé vos études à Figuig et vous êtes enfant du quartier Lajmaat au ksar Zenaga. Parlez-nous un peu de votre petite enfance dans ce quartier et de votre scolarité.

Fafa-R : Mon enfance était normale comme celle de tous les petits enfants de mon âge à Figuig. J’ai commencé mes études à l’école El Yarmouk. De là, je suis passé à l’école Ahmed Ibnou Abdou Rabih. Par la suite je suis retourné à El Yarmouk pour achever mes études primaires. Je me souviens bien de feu Abdeslam Jilali qui pour organiser une petite fête de fin d’année de notre école m’a offert un petit violent vert. Je me souviens très bien de ces moments et nous avons bien animé la petite fête deux de mes amis et moi sur scène devant les élèves de notre école !

J’aimais bien le violent (festivité scolaire)

F-News : Vos débuts dans la musique ! Comment avez-vous commencé ? Quel instrument avez-vous joué ? Qui vous a impliqué dans ce domaine ?

Fafa-R : Mes débuts ! Comme j’étais très fasciné par le son du violent, j’ai essayé de fabriquer un avec des moyens de bord : un brin de câble de frein de vélo etc. Mais ce qui m’a bien marqué, et je crois que c’est le point de départ, c’est le jour où j’ai eu mon premier petit piano, cadeau de mon père, l’été 1981 quand j’ai eu mon attestation de fin des études primaires. Cet été là, nous avons passé nos vacances à Oujda. Un jour vers presque 14h, mon petit piano entre mes mains, j’étais assis devant la porte de notre maison en regardant les gens qui passaient, je jouais cet instrument. Mes parents et mes frères à l’intérieur de la maison écoutaient une chanson de Rachid Beryah très connue à l’époque. Sans me rendre compte, je me suis trouvé entrain de suivre la partition de cette chanson avec mon petit piano. Ensuite, il y’avait mon père devant moi qui me demandait : « c’est toi qui joue avec la chanson ? » J’ai répondu : « oui ! ». Il m’a dit : « Bravo ! » Et tout a commencé là !

A Oujda, j’ai eu des contacts très importants pour la suite de ma carrière

F-News : Vous êtes parti de Figuig à Oujda et là vous avez pu avancer dans votre vocation d’artiste. Quel est l’apport de la ville d’Oujda pour vous dans le domaine de la musique ?

Fafa-R : Avant de partir à Oujda, j’ai été membre de groupes de musique. Nous avons animé des fêtes scolaires au collège et des fêtes de mariage. J’ai travaillé avec Belkacem Laachir, Abdelkrim Gagou et d’autres. A Oujda, j’ai découvert des styles de musiques et des artistes connus à l’échelle nationale et même internationale tel que les frères Bouchnak, Abdelhafid Douzi, Hamid Anhar, Kamal et Mimoun Oujdi et bien d’autres. À Oujda comme étant formateur en informatique, j’ai découvert la MAO (musique assistée par ordinateur) grâce à mes recherches et mes fréquentations des studios les plus connus dans la région de l’Oriental comme les studios Mohammed Bouchnak, Bongalo Berkan… J’ai pu avoir une vue sur la qualité de son et les techniques de travail dans un studio alors je me suis lancé dans la création d’un studio d’enregistrement.

Fafa Ray, le studio

F-News : Comment avez-vous commencé à chanter et quelle est votre toute première chanson ?

Fafa-R : Comme j’ai pu réaliser un de mes rêves à savoir le studio d’enregistrement, c’était normal pour moi de faire un essai de chanson alors avec un ami au studio et en m’inspirant des problèmes de l’époque où tous les jeunes quittaient Figuig vers l’Europe (l’immigration clandestine) j’ai composé, arrangé et chanté Koulchi irouh, koulchi ikhter comme un début. Après une discussion avec mon ami Bachir Yousfi, il m’a proposé de la lancer sur Youtube et après les réactions du public, j’ai compris que cela a réussi et depuis ce temps on me demande toujours du nouveau ! Voilà !

F-News : Vous êtes propriétaire d’un studio d’enregistrement à Oujda et des chanteurs de Figuig enregistrent leurs travaux chez vous. Comment êtes-vous lancé dans cette affaire ?

Fafa-R : Là je remercie bien Figuignews ! C’est franchement un vrai pont entre les artistes d’une part et les artistes et le public de l’autre. Justement, c’est grâce à un commentaire que j’ai posé dans un article dans Figuignews concernant notre grand parolier Mekki Atman que je me suis lancé à travailler avec lui. Pour Faya Amer et les autres, c’est grâce aux réseaux sociaux que nous nous sommes connectés. Et je souhaite bien qu’il y ait plus de production de chansons en notre tamazight avec une qualité professionnelle. Mon grand rêve est de voir nos chanteurs à la télévision nationale surtout la chaîne 8 (tamazight) et internationale pourquoi pas. L’important c’est d’enrichir le patrimoine et la discographie musicale de Figuig.

F-News : Vous avez à votre actif un grand nombre de chansons, pouvez-vous nous les présenter ?

Fafa-R : Pour mes chansons, celles que j’ai lancées sur le Net ou non et celles qui sont en préparation, je cite :

  1. Koulchi irouh, koulchi ikhter (Ils ont tous quitté, ils ont voyagé)
  2. Ahlekh ttwassikh ch ay oul inoukh (J’ai beau te conseiller, ô mon cœur)
  3. Rouh ini-y-as (Va lui dire)
  4. Lalla yemma (Ma chère mère)
  5. Mikk nnikh koulchi illa normal (Quand je dis tout est normal)
  6. Khetbekh tt ; youyyey babas (Je l’ai demnadée en mariage ; son père a refusé)
  7. Sidi weldi (Mon cher fils)
  8. Ayetma (Mes frères)
  9. Ahesrah, soukk ouyen n oughir (Hélas, ô mon quartier)
  10. Temhid maykk ihelqen (Tu as tout effacé)
  11. Yemma d3a akidi (Mère, prie avec moi)
  12. Nettch d oufeyyey n nasel (Je suis d’origine figuiguienne)
  13. Zzin d le3qel (Beauté et sagesse)
  14. Ighad iyi lhall (Je suis mécontent)
  15. Telbekh sidi Rebbi (J’ai demandé au bon Dieu)

Plus des reprises telles que :

  1. Llah ya llah khef nekh ay at oufeyyey de Mekki Atman
  2. At oufeyyey de Mostafa Kassou
  3. Tenna y i dd henna s Ifeyyey d’Ahmed Saha

F-News : Tous vos travaux se trouvent sur le Net ; pourquoi n’avez-vous pas opté pour un album sur CD ? Craignez-vous le piratage de vos travaux ?

Fafa-R : Si, j’ai déjà fait un album sur CD avant de le lancer sur le Net. Mais le problème c’est, comme vous le savez, un album CD passe de l’enregistrement dans le studio à une maison de distribution spécialisée dans la copie, la publicité au produit et sa diffusion. Malheureusement, nous n’avons pas ce moyen pour la chanson tamazight de Figuig en comparaison avec la chanson rifaine. A Nador, ils ont Disco Mlilya et d’autres. Il m’est donc très difficile d’assurer cette tâche alors le seul moyen c’est le Net qui permet d’atteindre le grand public un peu partout dans le monde.

F-News : Vous êtes entrain de préparer un nouvel album ; peut-on avoir une idée sur ce travail ?

Fafa-R : Oui inchallah un album de 8 chansons variées dans les styles et les contenus. Je souhaite qu’il trouve un bon écho chez les Figuiguiens du monde et que le public soit satisfait de mon travail !

F-News : Votre thématique est aussi riche que variée : amour, terre, amitié, émigration, enfance… qu’est ce qui plaît le plus à l’artiste Fafa Ray ?

Fafa-R : En grandissant, on perd et on gagne des choses et on a ce chagrin d’avoir perdu les bonnes choses. Moi, j’ai toujours ce chagrin ou cette nostalgie pour mon enfance, mes amis d’enfance, Figuig de mon enfance en plus de la simplicité de la vie et cette grande douleur au fond de moi-même à chaque fois quand je me trouve chez moi à Figuig où il n’y a personne. Ce Figuig qui se vide d’où la chanson ayetma (mes frères).

F-News : Les paroles de vos chansons sont toutes les vôtres ?

Fafa-R : A l’exception de la chanson sidi weldi tirée du patrimoine figuiguien et les reprises, toutes mes chansons sont mon propre produit ainsi que mes compositions et mes arrangements musicaux.

F-News : Vous avez chanté en 2013 au Festival des Cultures Oasiennes à Figuig ; quelles étaient vos impressions à l’époque ?

Fafa-R : Non, j’ai chanté au Festival International du Théâtre de Figuig dans sa première édition consacrée à feu Ahmed Tayeb Laalaj. C’était une première rencontre directe avec mon public ! Bien sûr, c’était vraiment un évènement marquant pour moi. Après, il y avait le Festival Itran n Tmourt ; c’était aussi une occasion de rencontre que j’ai bien adorée et où j’ai senti la présence de Fafa Ray dans l’esprit et le cœur de la majorité des Figuiguiens d’ici et d’ailleurs. Pour le Festival des Cultures Oasiennes à Figuig, je souhaite y participer inchallah dans une édition à venir.

F-News : On sait bien que la musique et l’art en général ne permettent pas de gagner sa vie au Maroc ; comment Fafa affronte-t-il l’épineux problème financier ?

Fafa-R : Je suis formateur en informatique et cela me permet de gagner correctement ma vie ! Le studio et la musique c’est pour mon public et surtout pour la chanson amazighe de Figuig.

F-News : Comment évaluez-vous votre expérience dans le domaine de la musique ? Etes-vous satisfait de votre travail ou non ?

Fafa-R : Dieu merci, oui ! Personne n’est parfait mais il faut dire que je travaille toujours, je cherche, je suis à jour et présent, j’améliore mes compétences et j’apporte du nouveau au public qui me suit et qui adore ce que je fais.

F-News : Pour ceux qui voudraient vous écouter, comment peuvent-ils le faire ?

Fafa-R : En plus de ma page Facebook Fafaray Figuig Oujda où je partage mes chansons, vous pouvez trouver mes chansons dans Youtube sur ma chaîne Mostafa Bak ou une simple recherche sur Youtube on mettant Fafaray.

F-News : Comment peut-on vous contacter ?

Fafa-R : Pour me contacter, voilà mes cordonnés :

Gsm : 0618908653 / 0639752338

Email : fafarjf@gmail.com

Facebook : fafaray figuig oujda

You tube : mostafa bak

F-News : Un dernier mot libre !

Fafa-R : A la fin, un grand merci pour Figuignews et surtout pour vous Hassane de cette opportunité. C’est vraiment un grand plaisir d’être avec vous dans cette interview et un grand salut à tous les artistes et à tous les Figuiguiens du monde surtout ceux qui soutiennent Fafa Ray. On se verra inchallah une autre fois avec plein de travaux et du nouveau !

On se verra inchallah une autre fois avec plein de travaux et du nouveau 

F-News : Monsieur Fafa, nous vous remercions infiniment pour votre disponibilité et votre accueil et nous vous souhaitons beaucoup de succès dans votre carrière ! Au plaisir d’écouter votre nouvel album !

Entretien réalisé par Hassane Benamara

Figuignews.com 2015

Actuellement il y a "3 commentaires" sur cet article:

  1. Faya Amer dit :

    Bravo Fafa Ray félicitation pour ton nouveau Album, et bonne continuation, Merci Hassane merci figuignews,

  2. Ahmed usa dit :

    Bravo faya bon courage. Seulement une remarque ,si tu le permet ,que LA chanson « tanayit hanasifiye  » c est de ahme zarouki avec group angham

  3. belkacem laachir dit :

    bravo moustafa courage et bonne continuation on a vraiment passe des bons mements de la jeunesse et avec le groupe

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

septembre 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

COMMENTER CET ARTICLE:





Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.