ACCUEIL » Art & Culture » LECTURE EN COURS:

« Les papillons et la lumière », un récit de la mythologie amazighe de Figuig

février 16, 2017 Art & Culture Aucun commentaire

Affiche Michel Breil

Si nous disposons aujourd’hui d’un corpus de textes de notre patrimoine littéraire amazighe relativement important, il n’en demeure pas moins qu’il ne s’agit là que de la partie visible de l’iceberg et que la partie engloutie reste plus grande que ce que nous avons réussi à arracher à l’amnésie. Le récit Iferdetta d tfawt « Les papillons et la lumière » que nous nous proposons d’approcher dans cette modeste note en est un exemple (voir le texte bilingue br. /fr. au format PDF).

« Les papillons et la lumière», résumé

Il s’agit d’un récit qui relate l’aventure des papillons que leur sage envoyait s’informer sur la nature d’une lumière qu’ils voyaient depuis leur obscure montagne. A l’approche de la lumière, ils brûlent sans pouvoir transmettre leur connaissance à leur maître et aux leurs restés dans la montagne. Sans réponse, le sage continue d’envoyer d’autres papillons dans le même dessein indéfiniment. (Lire la version complète ?)

Propriétés de ce récit

En dépit de sa courte taille et de la simplicité de sa langue, « Les papillons et la lumière » est un récit qui s’apprête, selon la discipline ou l’approche adoptée, à une lecture plurielle. Situé hors du temps ou dans tous les temps (passé, présent et futur) tant que les papillons (métaphore de l’homme) existent, il ne bénéficie d’une densité sémantique que dans une optique symbolique et il peut être qualifié de mythe en ce sens qu’il est créé pour expliquer un ou des « phénomènes difficilement compréhensibles » pour reprendre les termes de C.L. Strauss.

Interprétations du récit

A sa première lecture, nous pouvons y trouver une explication pour l’éternelle rotation qu’effectuent les papillons autour de la lumière. Mais avec ces êtres qui, à l’image de l’homme, sont en quête d’une connaissance qui est ici lumière dans un monde de ténèbres, nous pouvons comprendre cette éternelle quête de « la vérité » qui préoccupe l’homme, le brûle et lui coûte la vie. Face à cette lumière, toutes les entreprises de l’homme se brisent. De ce fait notre récit peut illustrer ce danger que représente la recherche de la connaissance ou de la vérité qui est ici brûlante et mortelle. La vérité est lumière et les seuls êtres à s’en être approchés sont ces papillons brûlés qui ne reviennent jamais emportant tout avec eux. La relève est cependant assurée par d’autres sur le même chemin et dans le même dessein inlassables comme le Sisyphe grec contraint à refaire les mêmes corvées qui sont celles de la vie. Ces interminables rotations des papillons à l’image de nos éternelles gestes mortellement absurdes véhiculent certes une sorte d’aveu d’incapacité de l’homme ou une note de son pessimisme car les seuls détenteurs de la vérité à même d’en parler en sont morts. Nonobstant, l’espoir peut émaner de ce désespoir et ces mêmes papillons refont indéfiniment le même travail et n’arrêtent pas leur quête malgré la disparition de leurs membres.

Hassane Benamara

Figuignews.com 2017

 

 

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

février 2017
L M M J V S D
« Jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Archives

COMMENTER CET ARTICLE:





Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.