ACCUEIL » Actualité » LECTURE EN COURS:

Des assiégés parmi les assiégés

mai 2, 2017 Actualité 3 Commentaires

Enfants syriens, l’avenir incertain

Curieux destin que celui de ces Syriens qui n’ont trouvé d’autres cieux pour s’abriter que ce maudit Figuig où les hommes sont assiégés depuis des décennies et sans espoir qu’un jour l’embargo auquel ils sont soumis soit levé !

Lamraji, terres confisquées appartenant à des Figuiguiens

En descendant à Ameghrour des véhicules militaires qui les ont mis sur la route du paradis, ce premier groupe de Syriens aurait fait attention à ce désastre qui se trouvait à sa droite à Ameslou, à Lamraji et à Taghla : des milliers de palmiers morts brûlés, gazéifiés, arrachés par des militaires, des  amas de briques en terre qui furent autrefois des maisons de Figuiguiens chassés de là par des militaires, des canaux d’irrigation qui ne conduisent plus l’eau, des conduites souterraines d’eau effondrées, des tours de contrôle … !

Certes il faisait encore un peu nuit quand ces hommes ont mis pied sur ce maudit sol et les ruines faisaient le lot de leur quotidien dans leur pays mais des jours après, dans le camp de haine où on les a condamnés à mourir en douceur au pied de la montagne Taghla et dans le monticule Azeghdis pour un autre groupe, ils ont pu admirer avec beaucoup d’inquiétude ces jardins ruinés, ces canaux détruits, ces maisons transformées en un tas d’argile, ces tombes de certains humains chassés de là il n’y a pas très longtemps, un mausolée complètement en ruine : Terre des Figuiguiens !

Nos Syriens voulaient vite arriver quelque part pour ensuite prendre une route, celle qui mène au paradis terrestre car les paradis célestes leur sont inaccessibles depuis toujours. Ils rêvaient quand tout à coup, ils se sont trouvés tout près des hommes, des civils cette fois, pas des militaires, mais ils furent vite encerclés et personne ne pouvait les contacter, ni leur parler ! Trois jours de soleil ardent, trois nuits à la belle étoile sans couverture ! Des enfants, des âgés, des femmes enceintes … La nourriture ? Les paradis valaient peut-être cela ! Un beau matin de mercredi quand le soleil dormait encore, leur rêve allait se réaliser et ils se sont trouvés en plein quartier Baghdad à l’est de Figuig avec des êtres qui ont un peu de cœur et qui se sont solidarisés avec eux non par fraternité car ces assiégés de toujours à Figuig ne sont frères de personne, non par sentiment religieux car ils n’ont aucune religion, non par considérations linguistiques car leur langue n’est admise par personne même chez eux, non par considération raciale car leur race n’est reconnue par personne, non par considération politique car la politique leur a été interdite depuis trop longtemps, mais par communauté de destin ! A Figuig, on disait :  » Tiens, il y a des hommes qui fuient la guerre pour venir chez nous qui sommes éternellement assiégés ! Comme c’est curieux ! Mais la guerre valait mieux, non ! » Ils  ont vite compris qu’il s’agissait de frères dans le destin ! Oui mais à Figuig nous sommes un peu jaloux de ces hommes qui ont pu venir depuis la Syrie jusqu’à cette maudite enclave soumise à l’embargo et assiégée depuis des lustres.

L’Europe s’apitoiera sûrement comme toujours mais à sa manière et va nous envoyer ses merveilleux dons sous forme de caméras de contrôle de frontières, de radars, de jeeps évidemment militaires, d’entraînements pour nos soldats, de bulldozers pour défigurer encore un peu plus notre terre, dresser des remblaies, frayer des tranchées, installer des barbelés, planter des bombes et écraser la fragile vie des déserts. Elle incitera nos maîtres à prolonger encore l’état de siège et l’état d’urgence de toujours et à promulguer de nouvelles lois pour ne pas dire fatwa nous interdisant encore un peu plus le ciel bleu des déserts, les veillées nocturnes des désespérés, les mouvements dans cette prison qu’est Figuig et notre oasis se rétrécira encore un peu plus et ils nous condamneront à vivre entassés comprimés, zippés dans une carte mémoire SD (Sans Destin).

Les Syriens vont passer des jours, des semaines, des mois ou des années peut être dans cette enclave à côté de nous sans nous parler ; nous les aiderons du mieux que nous pourrons, nous les pleurerons dans nos solitudes, nous partagerons avec eux ce que nous avons et le monde parlera d’eux mais nous, nous sommes condamnés à encercler notre encerclement !

Palmeraie d’Ameslou ravagée par les armées

Hassane Benamara. Figuignews.com 2017

Actuellement il y a "3 commentaires" sur cet article:

  1. sifaw dit :

    Bonsoir,

    Comme d’habitude, les Figuiguis, vous avez agit comme des gamins.
    Arrêtez de vous plaindre. Imbéciles ! Vous auriez dû accepter la barrière de sécurité que l’Etat voulait vous installer.

  2. ahmed dit :

    monsieur sifaw, vous etes le porte parole de la torture, c’est sûr. vous avez vendu figuig à l’algérie

  3. mobaghdad dit :

    Assiégés, oui!
    Au monsieur plus haut. Laisse-nous rester inbeciles, si c’est le prix á payer pour notre terre.
    Un inbecile fier de lui-même, de sa patrie, de sa terre, vaut mille fois mieux qu’un lèche-botte. C’est nous, si tu nous aime pas, va chez toi et érige une clôture sur ton idée d’étable á brebis (les tiens). Ici, on est pas des brebis et on ne craint personne. Surtout pas l’Algerie.
    Pour ton renseignement, les vouyous autant que certaines enegumènes qui parfois arrivent á passer les frontières sont arrêtés par le peuple de Figuig.
    Je m’arrête, ça fout les nerfs.

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

COMMENTER CET ARTICLE:





Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.