ACCUEIL » Actualité » LECTURE EN COURS:

Non Algérie, Figuig ne vit pas de vos denrées alimentaires, Figuig ne vit pas de contrebande (Réponse au journaliste algérien B. Soufi)

juin 20, 2017 Actualité Aucun commentaire

Nous vivons de notre terre et de notre sueur, monsieur

Avec tout notre respect pour les Algériens où qu’ils soient, ce texte s’adresse spécialement au journaliste de Le Temps d’Algérie, monsieur B. Soufi (*).

Notre souk est bien fourni

Un journaliste porte-parole d’une certaine autorité algérienne

Le journal Le Temps d’Algérie dans son édition du 19 juin 2017 a publié un article intitulé Des réfugiés syriens parqués dans des conditions[s] inhumaines par le makhzen : Les séquestrés de Figuig. Il est signé par le journaliste B. Soufi. L’illustration de cet article n’a aucune relation avec les réfugiés syriens dans la région de Figuig et le texte comprend une faute d’orthographe. Voilà pour commencer avec un journaliste qui prétend s’être déplacé dans la région. Avec ce texte il s’agit tout simplement d’une insulte pour Figuig et l’ensemble du Maroc par le journaliste en question. Selon ses propres mots, il est venu au village Beni-Ounif (devenu algérien) en tant que « journaliste avec comme mission de faire toute la lumière sur les réfugiés bloqués par les autorités marocaines au-delà de la frontière qui n’est qu’à 500 mètres de la ville de Béni-Ounif. » et du coup il s’est trouvé en train d’insulter les gens de Figuig et l’ensemble du Maroc. Une immense confusion de sujets ou une haine difficilement camouflable ! Il ne veut pas savoir que le village de Beni-Ounif appartient aux gens de Figuig et que l’armée d’occupation française et ensuite algérienne les ont chassés de ces terres qui sont les leurs. Ce fameux journaliste n’a pas osé, en arrivant à Beni-Ounif, regarder et s’étonner des immenses palmeraies de Figuiguiens que l’armée de Boumediene et Bouteflika a brûlées et gazéifiées ? Comment pouvez-vous faire de la lumière sur un sujet aussi compliqué en interrogeant un seul homme en plus très avancé dans l’âge ? C’est ça le professionnalisme ?

L’eau ne nous manque pas

Des fautes très graves pour un journaliste

Trop de fautes monsieur : « Seule une montagne la [Beni Ounif] sépare de la ville marocaine de Figuig, située à quelque 5 km de la ligne frontalière ». Vérifiez vos chiffres ! Vérifiez aussi vos dates en parlant de « la mosquée Al-Atik, érigée en 718 de l’Hégire ». Vérifiez vos informations quand vous dites « Selon nos interlocuteurs les réfugiés syriens, au nombre de 60, ont été interceptés à la ville marocaine de Nador ». Tout y est bourré de fausses informations ! Les Syriens sont venus de l’Algérie via Beni-Ounif, monsieur, et non de Nador ou d’Oujda (voir dernière image) ! Ils ont payé à vos militaires qui les ont acheminés ici. Autre fausse information : « Le Makhzen marocain les a renvoyés vers la zone frontalière de Figuig […] le Makhzen les a déposés dans une zone isolée de la ville de Figuig, située au sud du vieux ksar de Figuig, soit tout près de la dune de sable mitoyenne à la grande palmeraie de Figuig ». C’est du n’importe quoi. Regardez en bas ce que vous dites à ce propos !

Venez à Figuig, nous prendrons votre séjour en charge pour voir les choses avec vos propres yeux

La frime d’un touriste algérien à Beni-Ounif

Après s’être imposé comme touriste occidental à l’ancienne (avec nos respects pour ces touristes), il a bien joué son rôle de personne venant du Tell (nord algérien), de personne très cultivée, orgueilleuse et qui se dépayse dans ce village. Il n’a pas osé demander à ses faux interlocuteurs de lui parler de l’image que les gens du sud ont des gens du Tell algérien. Une image très terne monsieur ! Monsieur le journaliste, vous qui affirmez que « Cette vaste région frontalière est connue pour ses activités de contrebande et de trafic de drogue », savez-vous que même les diables ne passent par cette frontière et que les responsables de la contrebande de la drogue, il faut les chercher dans les casernes militaires de votre pays ! Regardez comment votre pays détruit Ghardaïa, Ouargla etc. en y acheminant toutes sortes de drogue ! Vous n’avez pas fait attention en passant à Beni-Ounif à l’imposant commerce de cigarettes américaines que la Marlboro Connexion algérienne chapotée par ceux que vous connaissez bien ? Osez poser des questions aux grands responsables de votre armée à Bechar et à Beni-Ounif. Votre texte vous l’avez fait à partir de Wikipédia ! Vérifiez le chiffre relatif à la population de Beni-Ounif ! Avez-vous vu tout ce nombre d’hommes dans ce minuscule village ? Cessez vos conneries ; nous n’avons jamais été mendiants, monsieur ! Nous sommes ici avant l’arrivée d’Adam sur terre !

Combien de troupeaux de Figuiguiens volés par l’armée algérienne !!!

« Avant la sécurisation de la frontière par l’ANP [Armée Nationale Populaire], la ville de Figuig ne vivait que des produits algériens qu’acheminaient les contrebandiers contre de l’alcool frelaté, des effets vestimentaires et sans doute aussi de la drogue. » Non monsieur, nous ne vivons pas de votre misère ! Venez à Figuig pour vérifier et nous payerons votre séjour gracieusement ! Nous travaillons nos terres et nous vivons grâce à notre sueur. Demandez à votre interlocuteur septuagénaire, comme vous affirmez, de vous parler du soutien des Figuiguiens à votre armée de Libération et à vos maquisards en nourriture, abri, vêtements, médicament, armes ! Demandez-lui aussi de vous parler des bombes que vos militaires nous ont envoyées pour nous remercier dès l’indépendance de votre pays.

Vous épousez le mensonge en disant que « la population locale a été sommée par le Makhzen de ne pas les [les Syriens] approcher, ni de venir à leur aide… » ou « seule la police des frontières leur livre une nourriture infecte et très en deçà de leurs besoins » ou encore « ils ont été maltraités et ont subi les pires sévices ». Comment vivent-ils alors ? Soyez courageux et dites la vérité !

« Le Makhzen craint leurs témoignages une fois remis aux autorités algériennes », n’est-ce pas le contraire ? Que signifie cet énoncé pour vous qui parlez d’hospitalité algérienne ? « Toujours est-il, les réfugiés sont dans un no man’s land, livrés à eux-mêmes, sans aucune aide ni secours. » Sont-ils à Figuig comme vous affirmez en haut ou dans un no man’s land ? Sachez monsieur que ces Syriens vivent grâce aux dons de la population figuiguienne qui leur achemine nourriture, médicament, vêtement, couverture, téléphones.

Passeport de Syrien avec cachet d’autorité algérienne (4 avril 2017, treize jours avant leur entrée clandestine à Figuig avec la supervision de l’armée algérienne)

L’Algérie ne parle même pas de ces malheureux ! Comparez ce que votre journal trop officiel a écrit sur eux et ce qu’un pauvre journal comme le nôtre en a écrit ! Tant de fois les gens de Figuig ont manifesté pour ces gens. Demandez aux gens de Beni Ounif s’ils pouvaient en parler même sur Internet ! Regardez sur Facebook ce que les gens de Figuig ont fait pour ces Syriens ! En Algérie on n’en parle même pas ! Quand vous dites qu’ « un élan de solidarité a gagné par ailleurs toute la population locale [de Beni-Ounif] et d’importantes aides matérielles ont afflué au niveau du centre d’accueil spécialement aménagé par les autorités locales pour accueillir et prendre en charge l’ensemble des réfugiés syriens » ou bien vous avez écrit votre texte dans une caserne militaire kalachnikov sur la tête ou bien vous êtes sûr que personne ne lit vos textes et vous remplissez les colonnes d’un journal très officiel pour plaire aux officiels qui le payeront bien. Dernière question : qui forme des militaires syriens qui tuent et poussent des millions de Syriens dans le chemin de l’exil, n’est-ce pas votre pays ? Votre texte, vous l’avez écrit après lecture de Candide de Voltaire dans un bureau au Tell. C’est une honte !

Avec tous nos respects pour le peuple algérien que nous admirons et aimons toujours et beaucoup !

voir le texte dans Le Temps d’Algérie ?

https://www.letempsdz.com

Figuignews.com 2017

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

COMMENTER CET ARTICLE:





Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.