ACCUEIL » AtLamiiz » ARTICLES RÉCENTS:

Berkachou ou la célébration du phallus

novembre 19, 2009 Art & Culture 1 Commentaire

BerkachouBerkachou est un rite berbère célébré à Figuig chaque année. Sa date de  célébration coincide avec la fête musulmane du Mouloud (naissance du prophète Mohammed),  même si aucune relation n’existe entre ce rite antéislamique et la religion musulmane. Ce qui a permis à ce rite de survivre à travers les  siècles est probablement le choix de cette date religieuse…

 Ce texte traite de ce rite qui survivait encore dans le ksar d’At Lamiiz avant qu’il ne soit interdit par une sorte de fatwa locale par le fkih de ce ksar. Il se trouve également dans le ksar de Taghit près de Bechar(Algérie).

 

 ——————————————————————————— Par Hassane Ben Amara

Etymologie :

 

Aujourd’hui, l’étymologie de ce mot échappe aux habitants de Figuig, même aux plus âgés parmi eux. Cette dénomination ne renvoie donc plus qu’à cette fête berbère.

D’après notre connaissance de la langue berbère, ce lexème est composé du préfixe [ber] et du mot /kaccu/ (c=ch). « ber » signifie « grand » ou « hyper ». Il figure sur plusieurs mots berbères : /berkukes/ par exemple signifie « couscous de grande taille ». /ber/ = « grand », /kukes/ = « couscous ». /kukes/ est obtenue après la chute de la consonne /s/ ; (/kuskes/). /kaccu/ signifie « bâton » ou « bois ». Il est obtenu à partir du mot /aqeccud/ (le souligné signifie emphase) qu’on trouve dans plusieurs variantes de la langue amazighe : /aqeccud/  = « bois ».

Dans le parler berbère de Figuig, /kaccu/ est le diminutif de /aqeccud/. Dans d’autres parlers (Moyen-Atlas par exemple) il signifie « le bois » sans idée de diminutif.

Le recours au diminutif est là pour « faire charmant » (ce qu’on appelle « l’hypocoristique » en rhétorique). /kaccu/ fait aussi partie du lexique bébé berbère connu par la transformation du phonème /q/ du langage adulte en /k/.

Berkachou signifie donc « grand bâton » avec une idée méliorative ou un jugement favorable. Nous verrons plus tard la raison de cette appellation.

 

Préparatifs :

 

Avant la célébration de Berkachou, un groupe de jeunes volontaires de sexe masculin, se donnant pour mission l’animation de cette fête, choisit parmi les jeunes de son ksar (aghrem) celui qui conviendrait le mieux au jeu : un garçon fort de grande taille…

Le choix étant fait, certains parmi les membres de ce groupe annoncent aux habitants de l’aghrem leur décision de prise en charge de la fête, sans toutefois dévoiler le nom du garçon élu qui restera inconnu, même après la cérémonie, pour lui épargner l’opposition de ses parents qui refuseraient de voir leur fils jouer « au clown » devant les yeux de centaines de spectateurs et pour lui épargner la vengeance de ceux qu’il provoquerait pendant la fête. Le bon déroulement de cette fête exige que certains membres du groupe (en plus du jeune choisi) soient inconnus aux gens de l’aghrem. Après la diffusion de la nouvelle, ces jeunes collectent de l’argent que leur offrent ceux qui désirent le faire.

Une partie de cet argent sera réservée au festin (/aqbuc/) fait par et pour les organisateurs de Berkachou, l’autre partie sera accordée au jeune qui sera le héros déguisé de cette grande nuit (/idmeqqren/). Une maison inhabitée ou non fréquentée, de préférence, non dévoilée aux At ughrem (habitants du ksar) désireux de dévoiler le mystère, sera choisie par le groupe pour ses préparatifs.

Enfin les animateurs de Berkachou partent dans les jardins à la recherche de « azzli » (trame fibreuse qui se trouve entre les écailles des palmiers) qui servira à déguiser le personnage central de la fête. De tous temps, les Figuiguiens n’utilisent que ces feuilles  pour masques de ce jour. Le palmier est une plante sacrée en raison de l’importance qu’elle avait pour l’économie de cette ville (Figuig) avant l’arrivée de la France en 1903, Aujourd’hui la forte émigration des Figuiguiens vers la France a changé l’ordre des choses.

 

Célébration

 

C’est le jour de Berkachou. Nos jeunes dînent chez eux pour que le secret ne soit pas divulgué ; ils partent ensuite vers le local qu’ils ont soigneusement choisi pour leurs préparatifs. Ils commencent par préparer leur « aqbuc » (festin) pour enfin déguiser le garçon de leur choix de façon à le rendre méconnaissable.

Ses organes sexuels sont mis en relief : il s’agit bien de la célébration du phallus, symbole de la fertilité, de la vie et de la reproduction. En guise de pénis, les organisateurs de la fête accrochent à leur ami un grand bâton d’où la dénomination « berkachou » (grand bâton).

Le phallus est considéré comme élément fécondant, d’où le recours à l’hypocoristique et au dimunitif /kaccu/ au lieu de /aqeccud/. À la place des testicules, deux aubergines ou autres légumes sont attachés entre les pieds de monsieur Garçon /abziz/.

Le costume étant achevé, le groupe forme un convoi précédé du déguisé et entouré de joueurs de tambours (doundoun) et de castagnettes (tiqerqarin). Il passe dans les rues de l’aghrem en répétant des chants fortement érotiques indéchiffrables : personne, à l’exception du choeur, n’arrive à décoder les chants de Berkachou même s’ils sont en langue du peuple (en tamazight).

Arrivé sur la grande place (tachraft) le héros, entouré des habitants d’aghrem dans un climat baigné de chants, de tambours et de castagnettes, s’amuse à exhiber ses organes sexuels (bâton) qu’il dirige vers ceux qu’il désire. Tout lui est permis ce jour-là : il peut toucher aux filles, aux femmes…

Il ne s’agit quand même pas d’une orgie car, même si ce jour semble réservé à se libérer des carcans de la morale contraignante, des interdits et des tabous, les choses ne vont pas bien loin. La liberté accordée au jeune masqué à toucher ceux qu’il désire et à diriger son sexe en direction des vieux et des femmes est probablement la raison qui incite les organisateurs de la fête à ne pas dévoiler son nom au public.

Les citoyens fêtent ainsi Berkachou toute la nuit dans le chant, la musique, le rire et la danse. Vers la fin de la nuit, à une heure tardive, le groupe retourne vers son local pour manger et se reposer : c’est la fin de la fête.

Ce rite est encore célébré à Figuig mais il est très menacé de disparition. Il faut remarquer qu’il a déjà disparu à Figuig-d’en-bas (Zénaga) où seuls quelques vieux se souviennent l’avoir joué. À Figuig-d’en-haut il demeure encore chez les At Lamiz.

NB: Artcle paru in la revue Tifinagh N° 9 / 1996  p.p. 69-70.

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

mai 2017
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

A la UNE

Figuig, sit-in de solidarité avec les réfugiés syriens

mai 25, 2017

Sit-in, de ce lieu des réfugiés syriens ont été chassés vers les frontières Un sit-in de solidarité avec les réfugiés syriens bloqués à la frontière a été organisé ce jour à Figuig vers 17 heures 30 mn.

Sauvez-nous de la mort et des dangers qui guettent nos enfants et nos femmes

mai 23, 2017

Oh monde ! nous avons soif Dans un appel de détresse, les réfugiés syriens bloqués dans la frontière algéro-marocaine au niveau de la ville de Figuig appellent la communauté internationale, les Etats, les associations et toute personne imprégnée d’humanité à réagir pour les sauver d’une mort certaine dans les déserts de maladies, de soif, de […]

Nouvelle publication sur Figuig-Ich

mai 19, 2017

Première page de la couverture Un livret qualifié par ses auteurs de guide sur l’art rupestre de la zone qui s’étale entre Figuig et Ich vient de sortir.

Le Festival des Cultures Oasiennes de Figuig est-il non désiré ?

mai 15, 2017

Comment tirer profit de cet évènement ? Il ne s’agit pas de note informative mais de note par laquelle nous sollicitons vos appréciations ou vos points de vue sur cet évènement annuel qui est aujourd’hui à sa onzième edition.

Solidarité avec les réfugiés syriens bloqués à la frontière algéro-marocaine, communiqué de presse en quatre langues

mai 12, 2017

Enfants syriens bloqués dans les frontières algéro-marocaines depuis le 17 avril 2017 Depuis le 17 avril, plus de 55 réfugiés syriens dont 20 enfants et 17 femmes sont rejetés de part et d’autre de la frontière algéro-marocaine par les deux armées de ces deux pays. Ils vivent dans une situation tragique sous un soleil de […]

Onzième édition du Festival des Cultures Oasiennes avec une forte participation de réfugiés…

mai 12, 2017

Une nuit dans le camp effrayé par des serpents à cornes Cette année, le festival des cultures oasiennes dans sa onzième édition vous réservera bien des surprises et non des moindres. Il sera à l’image de l’oasis Figuig !

Figuig, couloir humanitaire pour les réfugiés syriens : interview avec un médecin sans frontières

mai 6, 2017

Zouhair Lahna MSF à Figuig

« Libérez le bébé Zousfana !  » Figuig, un premier mai dédié aussi aux réfugiés syriens bloqués aux frontières

mai 2, 2017

Départ de la marche du ksar Zenaga Les participants à la célébration de la fête des travailleurs à Figuig ont attiré l’attention des responsables locaux et nationaux sur les difficultés auxquelles fait face la ville de Figuig et scandé des slogans hostiles à la politique nationale vis-à-vis de cette région et son comportement inhumain vis-à-vis […]

Des assiégés parmi les assiégés

mai 2, 2017

Enfants syriens, l’avenir incertain Curieux destin que celui de ces Syriens qui n’ont trouvé d’autres cieux pour s’abriter que ce maudit Figuig où les hommes sont assiégés depuis des décennies et sans espoir qu’un jour l’embargo auquel ils sont soumis soit levé !

Figuig est-elle une ville algérienne, Monsieur Benatiq ?

avril 27, 2017

Monsieur Benatiq (capture d’écran) Certains de nos responsables commettent des erreurs monumentales qui vont du simple mensonge politicien, à la langue de bois, aux déformations énormes voulues ou non…

Zousfana, le nouveau-né ange des assiégés

avril 26, 2017

Deuxième groupe de réfugiés syriens en pleine montagne Azeghdis Une fille vient de naître dans un siège militaire en pleine montagne rocailleuse d’Azeghdis. Les jeunes de Figuig l’ont baptisée Zousfana : un très grand symbole !

La détresse des réfugiés syriens, fait-elle la fortune des militaires algériens ?

avril 25, 2017

Un drame se produit aux pieds de nos montagnes La bonne question est certainement celle de voir comment venir en aide à ces misérables réfugiés syriens qui passent leur huitième nuit au désert à la belle étoile et leur neuvième jour dans un temps caniculaire du mois d’avril et non celle de trouver le vrai […]

Réfugiés syriens agonisant entre kalachnikovs algériennes et feus marocains*

avril 23, 2017

Une détresse, réfugiées syriennes à Figuig Des réfugiés syriens arrivent dans la ville marocaine de Figuig via l’Algérie. Ils y restent quelques jours dans la rase campagne pour, après une petite heure passée dans un quartier de Figuig, être évacués vers la zone tampon où ils sont coincés entre deux armées qui ne s’entendent que […]

Yemloul et Tayemloult, un conte de Figuig (texte et audio)

avril 7, 2017

Le feu n’est plus là, les contes aussi Nous vous proposons un texte du patrimoine de Figuig. On l’entendait des bouches de  nos mères au temps où ilemsi (le foyer) était source de chaleur, de connaissance et de rêve. Il s’agit du conte connu sous « Yemlul d Tyemlult ». Il est en version amazighe avec traduction […]

Ces témoins que nous démolissons chaque jour

avril 2, 2017

Une tour unique en son genre située dans la palmeraie du ksar At Lemiiz. Elle n’existe plus. ph. 2005 Notre mémoire matérielle, nous la détruisons chaque jour par ignorance, par insouciance, par inadvertance, par mépris, par intérêt ou par besoin. C’est que nous aspirons à une reconnaissance de l’UNESCO !!!

Pour les beaux yeux de la truffe

mars 28, 2017

  Tirfas, les truffes locales Les zones réputées inhabitées ou désertées sont aujourd’hui pleines de tentes de cueilleurs de tirfas les truffes mais dans nos marchés, on ne les trouve guère.

Enfants de Nahda, présentation d’une troupe

mars 26, 2017

Troupe dans des exercices de répétition, 2017 Il s’agit de la présentation d’une troupe constituée d’enfant dite tantôt bourgeons de l’association Nahda.

De l’inutilité de l’enseignement du français dans nos écoles

mars 20, 2017

Pourquoi noircir les journées de nos jeunes avec de telles thématiques ? Faut-il encore enseigner la langue française dans nos écoles ? C’est une question et non une insinuation ou une allusion à l’enseignement de la langue anglaise qui rivalise avec l’enseignement du français dans les écoles marocaines car l’enseignement du français est  devenu synonyme […]

حين كان الطفل ينقاد بالحيل لا بالمال أوبالحبال

mars 17, 2017

 إن التحولات السوسيو اقتصادية والسوسيو ثقافية ،التي شهدتها وتشهدها واحة فكيك بشكل مكثف في الخمسين سنة الأخيرة، نتيجة عدة عوامل وتأثيرات ،يتداخل فيها ما هو ذاتي بما هو موضوعي وما هو داخلي بما هو خارجي (لا يتسع هذا المقال للوقوف عند بعضها وسردها) .جعلت بنيات عديدة ،وظواهر اجتماعية وممارسات وقيم وأخلاق وسلوكيات وخطابات ومصطلحات وأسماء […]

Faculté des sciences techniques à Bouarfa et faculté de la charia à Figuig

mars 13, 2017

Bouarfa, la grande mosquée Alors qu’à Figuig, on se bat pour la construction d’un noyau d’une université religieuse, à Bouarfa la décision est prise pour la construction d’un noyau d’une université des sciences techniques avec centre d’accueil.