ACCUEIL » rite berbère » ARTICLES RÉCENTS:

Berkachou ou la célébration du phallus

novembre 19, 2009 Art & Culture 1 Commentaire

BerkachouBerkachou est un rite berbère célébré à Figuig chaque année. Sa date de  célébration coincide avec la fête musulmane du Mouloud (naissance du prophète Mohammed),  même si aucune relation n’existe entre ce rite antéislamique et la religion musulmane. Ce qui a permis à ce rite de survivre à travers les  siècles est probablement le choix de cette date religieuse…

 Ce texte traite de ce rite qui survivait encore dans le ksar d’At Lamiiz avant qu’il ne soit interdit par une sorte de fatwa locale par le fkih de ce ksar. Il se trouve également dans le ksar de Taghit près de Bechar(Algérie).

 

 ——————————————————————————— Par Hassane Ben Amara

Etymologie :

 

Aujourd’hui, l’étymologie de ce mot échappe aux habitants de Figuig, même aux plus âgés parmi eux. Cette dénomination ne renvoie donc plus qu’à cette fête berbère.

D’après notre connaissance de la langue berbère, ce lexème est composé du préfixe [ber] et du mot /kaccu/ (c=ch). « ber » signifie « grand » ou « hyper ». Il figure sur plusieurs mots berbères : /berkukes/ par exemple signifie « couscous de grande taille ». /ber/ = « grand », /kukes/ = « couscous ». /kukes/ est obtenue après la chute de la consonne /s/ ; (/kuskes/). /kaccu/ signifie « bâton » ou « bois ». Il est obtenu à partir du mot /aqeccud/ (le souligné signifie emphase) qu’on trouve dans plusieurs variantes de la langue amazighe : /aqeccud/  = « bois ».

Dans le parler berbère de Figuig, /kaccu/ est le diminutif de /aqeccud/. Dans d’autres parlers (Moyen-Atlas par exemple) il signifie « le bois » sans idée de diminutif.

Le recours au diminutif est là pour « faire charmant » (ce qu’on appelle « l’hypocoristique » en rhétorique). /kaccu/ fait aussi partie du lexique bébé berbère connu par la transformation du phonème /q/ du langage adulte en /k/.

Berkachou signifie donc « grand bâton » avec une idée méliorative ou un jugement favorable. Nous verrons plus tard la raison de cette appellation.

 

Préparatifs :

 

Avant la célébration de Berkachou, un groupe de jeunes volontaires de sexe masculin, se donnant pour mission l’animation de cette fête, choisit parmi les jeunes de son ksar (aghrem) celui qui conviendrait le mieux au jeu : un garçon fort de grande taille…

Le choix étant fait, certains parmi les membres de ce groupe annoncent aux habitants de l’aghrem leur décision de prise en charge de la fête, sans toutefois dévoiler le nom du garçon élu qui restera inconnu, même après la cérémonie, pour lui épargner l’opposition de ses parents qui refuseraient de voir leur fils jouer « au clown » devant les yeux de centaines de spectateurs et pour lui épargner la vengeance de ceux qu’il provoquerait pendant la fête. Le bon déroulement de cette fête exige que certains membres du groupe (en plus du jeune choisi) soient inconnus aux gens de l’aghrem. Après la diffusion de la nouvelle, ces jeunes collectent de l’argent que leur offrent ceux qui désirent le faire.

Une partie de cet argent sera réservée au festin (/aqbuc/) fait par et pour les organisateurs de Berkachou, l’autre partie sera accordée au jeune qui sera le héros déguisé de cette grande nuit (/idmeqqren/). Une maison inhabitée ou non fréquentée, de préférence, non dévoilée aux At ughrem (habitants du ksar) désireux de dévoiler le mystère, sera choisie par le groupe pour ses préparatifs.

Enfin les animateurs de Berkachou partent dans les jardins à la recherche de « azzli » (trame fibreuse qui se trouve entre les écailles des palmiers) qui servira à déguiser le personnage central de la fête. De tous temps, les Figuiguiens n’utilisent que ces feuilles  pour masques de ce jour. Le palmier est une plante sacrée en raison de l’importance qu’elle avait pour l’économie de cette ville (Figuig) avant l’arrivée de la France en 1903, Aujourd’hui la forte émigration des Figuiguiens vers la France a changé l’ordre des choses.

 

Célébration

 

C’est le jour de Berkachou. Nos jeunes dînent chez eux pour que le secret ne soit pas divulgué ; ils partent ensuite vers le local qu’ils ont soigneusement choisi pour leurs préparatifs. Ils commencent par préparer leur « aqbuc » (festin) pour enfin déguiser le garçon de leur choix de façon à le rendre méconnaissable.

Ses organes sexuels sont mis en relief : il s’agit bien de la célébration du phallus, symbole de la fertilité, de la vie et de la reproduction. En guise de pénis, les organisateurs de la fête accrochent à leur ami un grand bâton d’où la dénomination « berkachou » (grand bâton).

Le phallus est considéré comme élément fécondant, d’où le recours à l’hypocoristique et au dimunitif /kaccu/ au lieu de /aqeccud/. À la place des testicules, deux aubergines ou autres légumes sont attachés entre les pieds de monsieur Garçon /abziz/.

Le costume étant achevé, le groupe forme un convoi précédé du déguisé et entouré de joueurs de tambours (doundoun) et de castagnettes (tiqerqarin). Il passe dans les rues de l’aghrem en répétant des chants fortement érotiques indéchiffrables : personne, à l’exception du choeur, n’arrive à décoder les chants de Berkachou même s’ils sont en langue du peuple (en tamazight).

Arrivé sur la grande place (tachraft) le héros, entouré des habitants d’aghrem dans un climat baigné de chants, de tambours et de castagnettes, s’amuse à exhiber ses organes sexuels (bâton) qu’il dirige vers ceux qu’il désire. Tout lui est permis ce jour-là : il peut toucher aux filles, aux femmes…

Il ne s’agit quand même pas d’une orgie car, même si ce jour semble réservé à se libérer des carcans de la morale contraignante, des interdits et des tabous, les choses ne vont pas bien loin. La liberté accordée au jeune masqué à toucher ceux qu’il désire et à diriger son sexe en direction des vieux et des femmes est probablement la raison qui incite les organisateurs de la fête à ne pas dévoiler son nom au public.

Les citoyens fêtent ainsi Berkachou toute la nuit dans le chant, la musique, le rire et la danse. Vers la fin de la nuit, à une heure tardive, le groupe retourne vers son local pour manger et se reposer : c’est la fin de la fête.

Ce rite est encore célébré à Figuig mais il est très menacé de disparition. Il faut remarquer qu’il a déjà disparu à Figuig-d’en-bas (Zénaga) où seuls quelques vieux se souviennent l’avoir joué. À Figuig-d’en-haut il demeure encore chez les At Lamiz.

NB: Artcle paru in la revue Tifinagh N° 9 / 1996  p.p. 69-70.

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

A la UNE

Prêts, plongez

juillet 24, 2017

Les oasiens sont d’excellents nageurs Un été sans baignades à Figuig, c’est inconcevable. Si vous y êtes, ne manquez pas de vous rafraîchir ; ce n’est pas loin. Il n’y a pas de piscine dans cette ville mais on y nage un peu partout !

Figuig, où va notre enseignement ? (débat)

juillet 14, 2017

A quarante ans d’écart, on enseigne des mêmes manières et les mêmes contenus Tous les indices sont au rouge : les niveaux de nos élèves sont des très faibles. La solution ne peut être proposée tant que le diagnostic reste non fait. Que faire ?

Organisation d’une soirée culturelle et artistique

juillet 11, 2017

En partenariat avec L’Association l’Association Annahda de Figuig, l’association Figuig pour le Développement et la Solidarité à Rabat (AFDS) organise, une soirée culturelle et artistique le dimanche 16 juillet 2017 à 16h, au complexe Mehdi Ben Barka à Rabat, quartier de l’Océan (Ex Eglise).

Figuig, une ville sans carburant

juillet 10, 2017

Cela ne signifie rien Le problème du carburant n’est toujours pas résolu à Figuig. L’essence y manque souvent et l’on attend pendant une dizaine de jours pour recevoir une goutte de cette matière précieuse et ça marche !

C’est bientôt Guerraba, préparez-vous

juillet 7, 2017

Préparez-vous à cela en passant dans les rues C’est bientôt Guerraba, préparez-vous à mouiller ou à être mouillés et surtout si vous êtes de type qui s’emporte vite (nerveux), laissez vos nerfs à la maison avant de sortir ou alors restez chez vous pendant les six et sept juillet, date de la petite et de […]

Merci O.N.E pour ces nombreuses coupures d’électricité

juillet 3, 2017

Figuig : connexion au réseau algérien, un projet jamais réalisé Dans la ville de Figuig, l’électricité coupe souvent les samedi, dimanche et presque tous les jours de la semaine et cela pour le seul bien des gens de cette contrée !

Où sommes-nous de la route goudronnée qui relierait Figuig à ses barrages ?

juin 30, 2017

Un endroit pour respirer Le projet qui consiste à relier la ville de Figuig à ses deux barrages par route bien aménagée et goudronnée est, dit-on à Figuig de sources proches des instances au pouvoir, un projet bien ficelé et il n’attend que son exécution. Sur le terrain, nous ne voyons rien.

Douddou Fenzar, l’un de nos premiers combattants (appel à contribution)

juin 24, 2017

Douddou Fenzar Amnésie ou lecture « officielle » de notre Histoire  ? Une Histoire qui omet volontairement la lutte d’un peuple, une Histoire qui ne veut pas reconnaître les siens ! Tant d’hommes ont lutté pour ce pays, tant d’hommes sont morts pour ce pays et ils sont chassés de ses annales officiels de l’Histoire […]

Non Algérie, Figuig ne vit pas de vos denrées alimentaires, Figuig ne vit pas de contrebande (Réponse au journaliste algérien B. Soufi)

juin 20, 2017

Nous vivons de notre terre et de notre sueur, monsieur Avec tout notre respect pour les Algériens où qu’ils soient, ce texte s’adresse spécialement au journaliste de Le Temps d’Algérie, monsieur B. Soufi (*).

N’a-t-on pas droit à un environnement propre ?

juin 20, 2017

Nos eaux usées à Taghit, près des maisons et de l’école Imam Ali L’évacuation des eaux usées de Figuig constitue toujours un problème. Nos rejets sont là tout près de chez nous ! Ils puent et ils sont pleins de moustiques. Mais n’a-t-on pas un peu d’argent pour en finir avec ce problème ? La […]

Lalla Talichi, la sainte Haine algéro-marocaine

juin 16, 2017

Beni-Ounif en Algérie est à 2 km à pieds d’ici. Il faut 4000 km par avion pour y arriver Lalla Talichi est une sainte dont le temple à ciel ouvert, car elle est déesse, s’étale sur deux pays grands comme l’Europe occidentale toute entière. Elle a réussi à s’y implanter depuis le départ du dernier […]

L’appareil photo est-il en passe de devenir un interdit religieux ?

juin 14, 2017

(Interdit photo) panneau à deux cent mètres de la douane de Taghit-Figuig L’appareil photo et, avec lui, les appareils téléphoniques portables dotés de lentilles sont aujourd’hui très mal supportés par nos responsables et paient trop cher leur témoignages.

Figuig, quand des ossements humains font bon ménage avec des ordures

juin 8, 2017

Quand ossements humains et poubelles se côtoient Sidi Saleh est un grand cimetière un peu discret. Il est situé à l’entrée de Figuig depuis le nord (au sud est de la brigade de gendarmerie). Il n’est rien moins qu’un cimetière – poubelle. Qui en est responsable ?

Figuig : entrepreneurs trop sales, ville pourrie

juin 6, 2017

Fournisseur de produits alimentaires sans scrupule Pour être entrepreneur au Maroc, il faut avoir des connaissances pour s’assurer une suprématie sur les lois qui ne s’appliquent que sur les impuissants. Quand vous arrivez à ce niveau, vous avez les marchés facilement, vous disposez des ouvriers et du fameux droit de jeter vos poubelles à côté […]

Qui bloque les budgets destinés à la ville de Figuig ?

juin 4, 2017

Blocus ou punition collective ? Tant de projets destinés à aménager la ville de Figuig : très bonne nouvelle ! Sur le terrain, la ville vit en léthargie prolongée : un très long sommeil ! Les fameux projets de routes, de réhabilitation, d’hôpital, … ne sont-ils que promesses ?

Normes internes-nationales ? L’hôpital de Figuig renvoyé aux calendes grecques

juin 1, 2017

Côté Photoshop, tout va bien « L’Hôpital de Figuig » n’est-il qu’une promesse pour apaiser les grognes sociales des années précédentes ? N’aura-t-on donc pas notre fameux hôpital ? A peine ses travaux ont-il commencé qu’ils ont déjà cessé ! Rien n’y avance depuis des mois ! On parle de rectifications au niveau des plans et on […]

Orange contre la volonté populaire ?

mai 30, 2017

Marche contre les relais de proximité Orange veut installer ses antennes de relais dans des zones habitées à Figuig, cette ville qui reste toujours traumatisée par les essais chimiques, bactériologiques et nucléaires de l’armée française. La population refuse et manifeste ; les autorités locales « magouillent, observent des silences complices » et l’affaire peut devenir grande.

Figuig, sit-in de solidarité avec les réfugiés syriens

mai 25, 2017

Sit-in, de ce lieu des réfugiés syriens ont été chassés vers les frontières Un sit-in de solidarité avec les réfugiés syriens bloqués à la frontière a été organisé ce jour à Figuig vers 17 heures 30 mn.

Sauvez-nous de la mort et des dangers qui guettent nos enfants et nos femmes

mai 23, 2017

Oh monde ! nous avons soif Dans un appel de détresse, les réfugiés syriens bloqués dans la frontière algéro-marocaine au niveau de la ville de Figuig appellent la communauté internationale, les Etats, les associations et toute personne imprégnée d’humanité à réagir pour les sauver d’une mort certaine dans les déserts de maladies, de soif, de […]

Nouvelle publication sur Figuig-Ich

mai 19, 2017

Première page de la couverture Un livret qualifié par ses auteurs de guide sur l’art rupestre de la zone qui s’étale entre Figuig et Ich vient de sortir.