ACCUEIL » Dossier » LECTURE EN COURS:

Destination Aïn Chaïr

septembre 3, 2016 Dossier Aucun commentaire

Aïn Chaïr, dans la palmeraie

Nous vous proposons un petit tour à Aïn Chaïr si cela vous dit. Situé à quelques soixante kilomètres de Bouarfa sur la route d’Errachidia, Aïn Chaïr se trouve discrètement caché à la gauche de la route. Djebel Grouz se voit depuis Aïn Chaïr. De loin, on ne soupçonne rien et le coin peut ne pas vous attirer et pourtant.

Une des portes du ksar (ouest)

Oui pourtant car ce petit coin féérique regorge de surprises. Un aghrem (ksar) d’une grande profondeur historique, une palmeraie, une architecture particulière mariant panneau (localement dit « llou7″, « tadebbit » à Figuig), un système d’irrigation particulier, des montagnes, des grands espaces et surtout des hommes très pacifiques et très accueillants ! L’histoire est là vivante dans la bouche des habitants du ksar, dans les murs, sous le sol et partout !

Rempart et tour carrée avec deux étages

Ils sont morts pour la patrie !

Des combattants tués par l’armée coloniale française vers les années cinquante du siècle passé. Et portant, on ne trouve aucune indication quant à leurs noms et dattes de décès ni même à la bataille qui les a fauchés. La patrie n’est pas très reconnaissante !

On prend la direction du ksar, à gauche

Une route entre modernité et authenticité : béton et terre

Ruines et témoins. Architecture mariant panneau (deuxième plan) et adobe (bellihoudi) au premier plan

Un ksar dont il ne reste que des vestiges

Maisons abandonnées, témoins d’une architecture particulière et d’une organisation sociale très solidaire

Des tombes à perte de vue : ce ksar a connu des moments de prospérité et des moments de conquêtes étrangères venant de toutes les directions.

Ici, on cultive encore les jardins malgré le départ de la jeunesse vers l’étranger

Jardins bien entretenus (culture de la luzerne)

Le cheval, dernier témoin d’une époque révolue.

Verger (tab7irt) : potirons, grenades et dattes

Mode agropastoral

Dattes de Aïn Chaïr

A Aïn Chaïr, on ne parle pas de variétés de dattes mais de « khalt » un terme générique qui regroupe plusieurs variétés connues à Figuig sous les noms eux aussi génériques de « tigharasin« , « tiredbay » et « tidoumam« 

Le béton arrive dans la palmeraie, bonjour les dégâts

Jardins abandonnés, l’émigration et l’exode massifs privent le ksar de sa jeunesse

Terres abandonnées

Petite pause-café, c’est possible et on a le choix du lieu

Une rue qui se « modernise »

Une administration

Ecole pour jeune âge

Commune d’Aïn Chaïr

Une mosquée qui remplace l’ancienne

Parti Istiqlal d’Allal Elfassi (droite)

Le PJD (Parti islamiste de Benkiran) arrive !

Un coin pour la santé

En route et à la prochaine visite

Pour les amoureux des grands espaces

Pour approfondir vos connaissances sur ce ksar, vous pouvez contacter les responsables des associations locales sur place comme L’Association Troisième Millénaire pour l’Appui du Développement Rural d’Aïn Chaïr (ATMADRA) qui déploient beaucoup d’efforts pour améliorer les conditions de vie des habitants de ce ksar qui a trop longtemps souffert d’une marginalisation allant jusqu’à la malédiction et pour préserver son patrimoine ô combien riche.

Hassane Benamara Figuignews.com 2016

Recherche sur ce site:

Categories

Calendrier

novembre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Archives

COMMENTER CET ARTICLE:





Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.